Budget 2019 : « vous faites de notre Ville le jouet de vos intérêts personnels »

Le Conseil municipal du 18 décembre a examiné le budget primitif 2019 du Kremlin-Bicêtre. Au nom du groupe Nos Causes communes, j’ai exposé notre point de vue et expliqué notre vote contre : l’augmentation des amendes de police questionne la finalité réelle de la vidéo-surveillance. Par ailleurs, c’est plus largement une situation qui n’a ni queue ni tête depuis maintenant 8 mois que nous continuons de dénoncer.

Au début de la séance, nous avons également expliqué qu’une de nos collègues de l’opposition demandait l’annulation de la délibération qui concerne les indemnités des élus votée le 4 décembre, car elle n’a pas été convoquée à la séance. Enfin, le maire a refusé d’inscrire les vœux que nous avions déposés : l’un afin que la Ville se porte volontaire pour expérimenter l’encadrement des loyers ; l’autre contre la pose forcée des compteurs Linky, témoignant ainsi du peu d’intérêt qu’il accorde aux préoccupations des Kremlinois.


Chers collègues,

Nous y voilà : le premier budget prévisionnel de cette nouvelle « majorité » composite née d’un étrange alliage de contraires, pour ne pas dire de contradictions.

Vous le présentez comme une continuité des années précédentes : fonctionnement, investissement, fiscalité, à vous entendre rien ne change et la ligne est toujours la même.

Pourtant, vous avez décidé de baisser de 201 000 € l’investissement pour ce qui concerne les travaux dans les bâtiments scolaires. Vous nous vantiez de l’investissement dans le patrimoine municipal il y a un mois lors du débat d’orientations budgétaires, force est de constater que vous avez fait un choix : vous proposez de rénover le service tranquillité urbaine plutôt que les écoles maternelles et élémentaires.

Cela me permet de pointer un élément qui ne manque pas d’interroger, mais explique aussi une colère grandissante chez les Kremlinois. Dans les recettes, les « amendes de police » augmentent de 155 000 € pour atteindre, en 2019, 375 000 €. C’est une sacrée hausse. Au total, les droits de stationnement et les amendes de police rapportent plus d’1 million d’euro à la ville pour l’année 2019. Cette ligne budgétaire n’est pas anodine, elle met en évidence le fait que la verbalisation s’est intensifiée ces dernières années. Ce n’est pas, dans l’absolu, mal, je le dis d’autant plus facilement que j’ai voté les délibérations relatives à la vidéo-surveillance, mais cela doit nous interroger : jusqu’à quelles proportions acceptons-nous d’aller ? Fixons-nous une limite ? La vidéo-surveillance ne consiste-t-elle pas d’abord à lutter contre la délinquance et les trafics aux côtés de la Police nationale ? Nombreux sont les Kremlinois qui nous alertent sur les PV qui pleuvent à certains endroits de la ville, sans qu’on ait le sentiment d’un discernement qui serait pourtant le bienvenu. L’augmentation de la recette donne peut-être une partie de la réponse à cette pluie de PV.

Au fond, vous vous en sortez par un subtil balancement : des taux de fiscalité directe stables, conformément à l’engagement pris par la liste de rassemblement de la gauche en 2014, mais une augmentation des taxes indirectes que constituent les PV de stationnement. Disons le franchement, on a comme l’impression que les recrutements pour faire fonctionner le Centre de supervision urbaine 24h sur 24 pourraient davantage être motivés par des impératifs de chiffre que par un réel souci d’améliorer la sécurité des Kremlinois. Mais ce n’est peut-être qu’une impression…

Ce budget n’est donc pas tout à fait dans la droite ligne des années précédentes. En même temps, on peut vous le souhaiter, puisque ceux qui vous ont rejoint en septembre dernier à la faveur d’un coup de baguette magique avaient voté contre le budget 2018.

Au-delà de ces inscriptions budgétaires, c’est bien cette stratégie de maintien, coûte que coûte, à laquelle nous nous opposons. Un de vos nouveaux adjoints, déclarait il y a à peine un an, ici même : « Ce soir, nous demander de voter favorablement pour ce budget impliquerait que nous sommes d’accord avec vous sur votre façon de gérer notre Ville, ce qui n’est pas le cas. » Le même, il y a un an, votait contre la stabilité des taux d’imposition au motif qu’ils ne baissaient pas. Tout cela n’a ni queue ni tête !

Pendant 5 mois vous avez été minoritaire autour de cette table. Minoritaire au sein de votre propre Conseil municipal qui vous demandait votre démission. En septembre vous recrutiez des élus qui s’opposaient au projet politique que nous défendions en 2014 ; vous en profitiez pour ne pas reconduire un adjoint chargé du logement alors que c’est une priorité des Kremlinois.

Il y a d’ailleurs deux semaines que nous vous avons demandé, avec Jean-Luc Laurent, l’inscription d’une délibération ce soir afin que la ville se porte volontaire pour entrer dans le dispositif d’encadrement des loyers. Nous n’avons même pas eu un accusé de réception. Pourtant, que coûte l’encadrement des loyers à la collectivité ? Rien. Que rapporte-t-il aux Kremlinois ? Du pouvoir d’achat, car il évite que les loyers du parc privé explosent au Kremlin-Bicêtre. Nous avons déposé ce soir un vœu pour que la Ville prenne position. Vous nous avez informés que vous aviez décidé de ne pas l’inscrire, au motif d’études juridiques. Pourtant, la ville de Paris a voté le dispositif mardi 11 décembre ; l’Établissement public territorial a lui aussi prévu un vœu pour se porter volontaire. Et au Kremlin-Bicêtre : rien. Le loyer des Kremlinois n’est à l’évidence pas un sujet qui vous préoccupe.

Il y a à peine un mois, vous recrutiez une directrice de la communication qui reconnaissait elle-même quelques jours après dans la presse avoir des liens avec un prestataire de la Ville qu’elle doit aujourd’hui superviser et vous augmentiez les indemnités des élus de 63 %, qui s’avère aujourd’hui avoir été une délibération illégale. Sans aucune gêne.

Quel tableau. Quel tableau d’ensemble.

Tout cela se voit, les Kremlinois ne sont pas aveugles, et encore moins ignorants.

À Rome, lorsque César paradait après une victoire, quelqu’un se tenait à côté de lui pour lui rappeler qu’il n’était qu’un homme et qu’il ne devait jamais céder à l’orgueil qui est la tentation quand on a du pouvoir. Vous pouvez comptez sur nous pour vous le rappeler ici : vous faites de notre Ville le jouet de vos intérêts personnels.

Pour toutes ces raisons, nous voterons contre ce budget prévisionnel.

Budget 2019 : « vous faites de notre Ville le jouet de vos intérêts personnels »